Archives de catégorie : Circulation des modèles

Patrimoine et urbanisme : cartographies et récits

7e séance du séminaire

ENSA Nancy, 7 juin 2024

Accueil
Julie AMBAL
Directrice de la recherche – ENSA Nancy
Introduction

Pierre MAURER
ENSA Nancy, LHAC
Modération

Angelo BERTONI
ENSA Strasbourg, AMUP

Josianne CERASOLI
Universidade de Campinas, CIEC
Entre héritage et renouveau : le voyage en Europe comme « illusion brisée » et la formation des répertoires d’architecte dans les années 1900

Qu’apprend un jeune architecte brésilien lorsqu’il se déplace par plus de 16000 kilomètres en chemin de fer à travers onze pays de l’autre côté de l’Atlantique ? Cette question guide l’analyse des notes de voyage d’Alexandre Albuquerque (1880-1940), qui a suivi une formation d’ingénieur-architecte à l’école polytechnique de São Paulo, au Brésil. L’architecte, qui deviendra plus tard professeur de construction civile dans la même institution et également fondateur et professeur d’architecture à l’École des Beaux-Arts de São Paulo, s’est vu décerner en 1906 un prix pour son excellence en tant qu’étudiant : un voyage en Europe. Cette expérience complétera ses études, en lui permettant de visiter des espaces et des bâtiments qu’il ne connaît que par les livres. En plus de ce grand tour d’études, Albuquerque a écrit une monographie évaluant l’importance des interprétations de l’antiquité dans la formation de l’architecture de la Renaissance italienne, établissant une analogie pour comprendre la contemporanéité et ses développements. L’analyse de ce matériel soulève une question persistante : quelle a été l’importance des voyages d’études et de la compréhension de l’histoire de l’architecture européenne dans le choix et la composition des répertoires architecturaux dans l’espace urbain au début du 20e siècle ?



Yann VAXELAIRE
Architecte du patrimoine, LHAC
L’esplanade de Nancy, un vide urbain en trompe-l’oeil ? Cartographie ancienne et récit historiographique à l’aune des archives notariales

La présentation propose d’interroger le rapport entre analyse de la cartographie ancienne et construction d’un discours historique, à travers l’exemple de l’esplanade de Nancy, située entre la vieille ville médiévale et la ville neuve de Charles III. Présent sur toutes les représentations gravées du 17e siècle, ce grand vide urbain est la page blanche sur laquelle s’écriront les opérations d’embellissement du 18e siècle, dont le point d’orgue est, sans conteste, la création de la place Royale, aujourd’hui place Stanislas.
L’exploitation des archives notariales jette cependant un regard inédit sur l’aménagement de cet espace, bien avant la date traditionnellement envisagée, en l’occurrence dès le deuxième quart du 17e siècle. L’enregistrement méticuleux des actes du quotidien par les tabellions nancéiens crée ainsi un nouveau récit urbain, qui semble en opposition avec celui proposé par l’iconographie. C’est cette apparente contradiction entre les sources que nous souhaitons aborder, en tentant de discerner ce que cette réécriture historique peut modifier dans notre perception du projet de Léopold et de Stanislas.



Vincent BRADEL
ENSA Nancy, LHAC
L’ensemble Stanislas, du bricolage à l’icône : un jeu de représentations

Récemment désignée comme la place préférée des Français, la place Stanislas, et son ensemble, a toujours eu une place de choix dans le catalogue de références des apprentis urbanistes, du monde des Lumières à celui de la post modernité, suscitant un jeu de représentations en tout genre du schéma analytique à la carte postale. Envisagée de longue date, mais jamais véritablement travaillée, cette intervention proposera d’aborder sous la forme d’une collection en devenir quelques-uns de ces regards sur ce génial bricolage urbain de circonstance promu au rang d’icône incontournable. Certains à jamais anonymes y côtoieront d’autres pour l’instant célèbres comme ceux de Raymond Unwin, Le Corbusier, André Lurçat ou Robert Auzelle entre relectures et détournements.

Modération

Laurence BASSIERES
ENSA Paris-La Villette, AHTTEP

Audrey BRANTONNE
OCS/AUSser, ENSA Paris-Est
Les petites villes et le vide. Pour une cartographie de la décroissance


Les paysages des petites villes en décroissance, jalonnés de vitrines vides et de volets fermés, sont aussi faits de maisons arrasées, d’îlots curetés et de pignons fraîchement enduits soutenus de contreforts. Alors que les démarches de revitalisation se massifient, les opérations visant à effacer les marqueurs de déclin se multiplient dans les centres anciens. Dans ces situations, la portée démonstrative de la démolition est manifeste, en ce qu’elle permet de donner corps à l’action publique. Mais elle génère aussi de nouvelles spatialités, encore trop peu observées.
Comment les processus de décroissance agissent-ils sur les formes urbaines et le patrimoine bâti ?
Pour saisir les remodelages qui s’opèrent, il est nécessaire d’en dresser une cartographie dynamique, sincère mais nécessairement fragmentaire.

Patrimoine urbain

séminaire du master HACM et du groupe « Urbanisme et patrimoine – Débats, transferts et expériences en France et en Europe »

Vendredi 18 janvier 2024 | Château Tertre, salle 104
Nantes université

10h00 Gilles Bienvenu
Laboratoire AAU, ENSA Nantes
Grandes percées au XIXe siècle et approche patrimoniale : l’exemple de Nantes
11h00 Angelo Bertoni
ENSA Strasbourg
Défendre et valoriser l’identité locale comme rempart à la transformation radicale des villes : acteurs et expériences en Italie, France et Belgique autour de 1900
13h30 Laurence Bassieres
ENSA Paris La Villette
Naissance et reconnaissance d’un patrimoine urbain à Paris au XXe siècle
14h30 Marie Ferey
Inventaire Génrale du Patrimoine des Pays de la Loire
Inventaire Général et faubourgs urbains : changer de regard sur un patrimoine en péril.

Infrastuctures et patrimoine urbain : regards croisés (XIXe-XXe siècle)

6e séance du séminaire

Strasbourg, école d’architecture, 23-24 novembre 2023

« Vue du sud à vol d´oiseau de la Place Impériale, avec le cours souterrain du canal de l´Ill », tableau présenté sur la page de titre de l´ouvrage d´August Orth, « Projet d´urbanisme pour la ville de Strasbourg ».
« Vue du sud à vol d´oiseau de la Place Impériale, avec le cours souterrain du canal de l´Ill », tableau présenté sur la page de titre de l´ouvrage d´August Orth, « Projet d´urbanisme pour la ville de Strasbourg ».

Jeudi 23 novembre début du séminaire à 14h.

Angelo Bertoni
ENSA Strasbourg, Chaire Mobilités, AMUP
Introduction

Denis Bocquet
ENSA Strasbourg, AMUP
Infrastructure et patrimoine, infrastructure comme patrimoine : les apories romaines

La notion de patrimoine a été l’objet, à Rome, depuis le XIXe
siècle, d’innombrables déclinaisons, distorsions, extensions et
restrictions, dans le contexte sans cesse redéfini sur rapport
entre pouvoir, ville, archéologie et idéologies.
Cette communication s’attachera à analyser, autour du cas des
infrastructures, certains moments particulièrement parlants de
ce rapport complexe, dans lequel s’exprime et se forge un rapport
spécifique au patrimoine : remise en service des aqueducs de
l’époque romaine, travaux de canalisation du cours du Tibre,
plan régulateur des égouts, ouverture de la ville à la circulation
automobile, construction des lignes de métro. Il s’agira pour
chacune de ces configurations, d’examiner autant les processus
de patrimonialisation que les usages du patrimoine, dans le souci
de contribuer à en mettre à jour les ressorts.

Mauro Volpiano
Politecnico di Torino
Turin et la modernisation de la ville historique :
projets et réalisation des rues diagonales à la fin du
XIXe siècle

Après 1885, la loi sur la rénovation urbaine de la ville de Naples
a été appliquée dans de nombreuses autres villes italiennes.
À Turin, le débat sur la modernisation du vieux centre, visant
au «sventramento» et à ouvrir de nouvelles rues, est en cours
au moins depuis les années 1870. Il s’agit apparemment d’une
sorte de «haussmannisation» mineure des tissus urbains, et c’est
ainsi que l’opération a été traditionnellement interprétée par
l’historiographie, mais le terme doit être discuté de manière
critique. Certaines pratiques sont en effet reprises du cas
parisien, comme la subdivision des ouvrages en trois catégories, et
pourtant le débat local se développe avec une grande sensibilité
autour de thèmes plus récents, issus par exemple du contexte
allemand, comme la question des rues droites ou courbes ou des
perspectives en angle, bref par rapport à une idée de l’esthétique
pittoresque des centres anciens, qui devait servir de contrepoids
à la monotonie traditionnelle de la ville planifiée, telle que Turin
l’était depuis le début du XVIIe siècle.
La réalisation de percées dans le centre historique déclenche
une discussion complexe et intéressante, à plusieurs voix
et dans différents institutions, entre les sociétés savantes
et les associations techniques d’ingénieurs et d’architectes,
d’universitaires, d’archéologues, de fonctionnaires et d’ingénieurs
sanitaires experts en égouts et aqueducs, mettant en jeu un large
éventail de valeurs qui ne sont pas toujours partagées, à la base
d’un concept de patrimoine urbain qui n’est pas encore consolidé.
Expression en partie nostalgique de la ville préindustrielle, la Via
Diagonale est aussi, de manière apparemment contradictoire,
l’occasion d’un chantier innovant, qui voit la construction des
premiers immeubles en béton armé de la ville, avec de nouvelles
solutions typologiques, comme les grandes vitrines du rez-dechaussée
destinées aux activités commerciales, déterminées
aussi par les parcelles triangulaires sur lesquels s’élèvent les
immeubles.

Hervé Doucet
Université de Strasbourg, ARCHE
Neustadt et grande-île : rupture et/ou continuité

Dans son organisation urbaine comme dans l’architecture
qui la constitue, la Neustadt de Strasbourg revendique sa
discontinuité avec la grande-île. Par contraste avec la vieille
ville, la Neustadt se veut moderne, hygiéniste, parfaitement
adaptée aux besoins de la vie contemporaine. Incidemment,
la Neustadt contribue par ailleurs à mettre en valeur le
patrimoine ancien de Strasbourg.
Lorsque la ville fait appel à un architecte local, Jean-Geofroy
Conrath, et à un architecte berlinois, August Orth, pour
concevoir le plan d’extension urbaine, se pose immédiatement
la question du lien souhaité entre le nouveau quartier et
le centre historique. Le choix qui a été finalement fait,
matérialisé par le Bebauungsplan de 1880, est également la
conséquence du contexte spécifique dans lequel se trouvait
alors Strasbourg, devenue capitale du Reichsland d’Elsass-
Lothringen, territoire inclus au Reich au moment même de sa
création. La Neustadt de Strasbourg peut-elle pour autant se
comprendre uniquement par une logique interne, comme un
corps isolé et parfaitement indépendant du centre historique
auquel elle est greffée ?

Vendredi 24 novembre début du séminaire à 14h.

Cédric Férel
Université Rennes 2, TEMPORA
Un problème pour un autre ? Piétonnisation et
patrimonialisation en perspective (1940-1980)

Depuis les années 1980, deux politiques distinctes se sont
trouvées liées sans trop de démonstration dans le récit historien.
La piétonnisation a été présentée par bien des observateurs de
l’urbain comme l’un des signaux évidents de la patrimonialisation
des villes. Pourtant, dans le cas français par exemple, la politique
des secteurs sauvegardés lancée par Malraux en 1962 ne prévoit
aucun dispositif précis à ce sujet. À Paris, le plus grand plateau
piétonnier d’Europe (les Halles-Beaubourg, achevées en 1981)
s’arrête d’ailleurs net aux abords du secteur sauvegardé du Marais
où, en revanche, aucune politique d’exclusion de l’automobile
n’a initialement été mise en place.
Nous nous proposons ici de démêler deux regards différents
portés sur les centres-villes en soulignant les origines modernes
de l’idée piétonne. Il s’agira, par là, d’évaluer les conséquences
de l’association tardive entre cette politique et celle dite de
patrimonialisation afin de questionner, notamment, le paradigme
du tournant 1970 en histoire urbaine.
Le propos reposera sur une analyse à l’échelle européenne de la
généalogie des projets piétonniers, de l’Allemagne au Danemark,
en passant par le Royaume-Uni et la France. Il s’agira ainsi de
montrer qu’en associant piétonnisation et patrimonialisation, le
récit historique prend un problème pour un autre.

Paul Damm
Mission Mémoire de l’Aviation civile, DAGC
Orly-Sud : monument aéronautique ?

En 2014, la Région Île-de-France lançait une opération d’inventaire
du patrimoine portant sur l’aéroport d’Orly. Cette étude a donné
lieu à la publication d’un ouvrage et de 17 dossiers électroniques
mis en ligne dans les bases de données du ministère de la Culture.
Cet inventaire a principalement porté sur l’aérogare conçue par
Henri VICARIOT, inaugurée par le Général De Gaulle en 1961 et
que la mémoire collective française à retenue comme celle des
dimanches à Orly.
À travers la présentation de cette opération nous nous
interrogerons sur l’intérêt patrimonial des structures
aéroportuaires et sur les méthodes pour étudier de telles
infrastructures.
Nous montrerons également la diversité des approches en
présentant certaines études en cours de réalisations.

Discussion conclusive



CIRCULATION DES MODÈLES D’URBANISME EN FRANCE ET EN EUROPE

1re séance du séminaire

Nantes, 18 et 19 novembre 2021

Thomas Renard
Présentation du séminaire

Laurent Coudroy de Lille (École d’urbanisme de Paris)
Le statut urbanistique de la ville ancienne en Espagne, de Cerdá (1859/1861) à Jaussely (1904/1907)
La politique d’extension urbaine, connue surtout à travers les travaux de Cerdá sur Barcelone, a laissé dans l’ombre les enjeux propres à la ville préexistante. Or, de même qu’il n’envisage pas l’extension sans son contraire la « réforme », Cerdá pousse la dialectique jusqu’à proposer un projet dédié spécifiquement à la « réforme de Madrid ». Toutes les villes ne développèrent pas non plus d’extension, ce qui se traduit par l’évolution réglementaire, ce que souligne bien l’historiographie
espagnole sur la seconde moitié du siècle.
On verra comment se conceptualisent ces différents objets -notamment la notion de ville ancienneet dans quelle mesure le plan de Jaussely pour Barcelone (dont la réception et l’impact ont été un peu surestimés) tente de dépasser ces formulations.


Hélène Antoni (ENSA Strasbourg)
La Grande Percée de Strasbourg, entre projet d’assainissement et vision esthétique
La Grande Percée de Strasbourg s’inscrit dans une démarche de modernisation et d’assainissement du centre historique de Strasbourg. Initiés avant la Première Guerre mondiale, alors que la ville était allemande, les travaux sont poursuivis jusqu’à la fin des années 1960. Cette opération cristallise une prise de conscience du patrimoine historique et de sa préservation et s’inscrit dans un débat théorique qui s’appuie sur une expérience sensible de la ville portée par Camillo Sitte et Karl Henrici.
On verra comment ce projet prend en compte ces préoccupations patrimoniales, tout en apportant une grande attention à la forme et la couture urbaine. Il s’agit également de présenter la Grande Percée dans un contexte plus large d’interventions sur le tissu ancien au début du siècle en Allemagne.

Sophie Eberhardt (ESPI Nantes)
Paysage et image urbaine, Strasbourg aux prémices du XXe siècle

En 1871, Strasbourg devient capitale du Reichsland d’Alsace-Moselle annexée par l’Empire allemand. Elle est dotée d’une extension urbaine, la Neustadt, qui triple la surface de la ville et la hisse au rang de ville moderne. Cette modernisation s’opère dans le cadre d’une règlementation de construction urbaine particulière (Bauordnung, 1910) favorisant la préservation de l’ « image de la ville » (Ortsbild), sous-entendu l’image « locale », régissant tant la conception et la mise en oeuvre de la Neustadt que la recomposition du centre ancien avec la Grande Percée.
Cette intervention propose d’examiner les critères et les modalités selon lesquels le paysage strasbourgeois s’est construit en lien et en contraste avec la ville ancienne au début du XXe siècle et d’examiner les formes urbaines et architecturales qui ont marqué la capitale régionale.

Gilles Bienvenu (AAU CRENAU Nantes)
Des squares qui disent la ville, l’exemple d’Étienne Coutan à Nantes

L’architecte Étienne Coutan (1875-1963), Second Prix de Rome en 1902 derrière Henri Prost, est directeur des bâtiments communaux, des plantations et jardins de la Ville de Nantes de 1911 à 1931, puis directeur du service d’esthétique urbaine et de remémoration de la ville jusqu’en 1940. Au cours de sa carrière communale, il tire d’une culture de l’art urbain et de l’urbanisme acquise dans les réseaux parisiens et au cours de ses voyages en Europe (1905-1906, 1912, puis 1931), ses arguments et les solutions qu’il met en oeuvre dans la réparation d’un tissu urbain altéré par son obsolescence ou mis à mal par des opérations exclusivement techniques.

Suivi d’une Visite d’interventions d’Étienne Coutan à Nantes