Archives de catégorie : Nancy

Patrimoine et urbanisme : cartographies et récits

7e séance du séminaire

ENSA Nancy, 7 juin 2024

Accueil
Julie AMBAL
Directrice de la recherche – ENSA Nancy
Introduction

Pierre MAURER
ENSA Nancy, LHAC
Modération

Angelo BERTONI
ENSA Strasbourg, AMUP

Josianne CERASOLI
Universidade de Campinas, CIEC
Entre héritage et renouveau : le voyage en Europe comme « illusion brisée » et la formation des répertoires d’architecte dans les années 1900

Qu’apprend un jeune architecte brésilien lorsqu’il se déplace par plus de 16000 kilomètres en chemin de fer à travers onze pays de l’autre côté de l’Atlantique ? Cette question guide l’analyse des notes de voyage d’Alexandre Albuquerque (1880-1940), qui a suivi une formation d’ingénieur-architecte à l’école polytechnique de São Paulo, au Brésil. L’architecte, qui deviendra plus tard professeur de construction civile dans la même institution et également fondateur et professeur d’architecture à l’École des Beaux-Arts de São Paulo, s’est vu décerner en 1906 un prix pour son excellence en tant qu’étudiant : un voyage en Europe. Cette expérience complétera ses études, en lui permettant de visiter des espaces et des bâtiments qu’il ne connaît que par les livres. En plus de ce grand tour d’études, Albuquerque a écrit une monographie évaluant l’importance des interprétations de l’antiquité dans la formation de l’architecture de la Renaissance italienne, établissant une analogie pour comprendre la contemporanéité et ses développements. L’analyse de ce matériel soulève une question persistante : quelle a été l’importance des voyages d’études et de la compréhension de l’histoire de l’architecture européenne dans le choix et la composition des répertoires architecturaux dans l’espace urbain au début du 20e siècle ?



Yann VAXELAIRE
Architecte du patrimoine, LHAC
L’esplanade de Nancy, un vide urbain en trompe-l’oeil ? Cartographie ancienne et récit historiographique à l’aune des archives notariales

La présentation propose d’interroger le rapport entre analyse de la cartographie ancienne et construction d’un discours historique, à travers l’exemple de l’esplanade de Nancy, située entre la vieille ville médiévale et la ville neuve de Charles III. Présent sur toutes les représentations gravées du 17e siècle, ce grand vide urbain est la page blanche sur laquelle s’écriront les opérations d’embellissement du 18e siècle, dont le point d’orgue est, sans conteste, la création de la place Royale, aujourd’hui place Stanislas.
L’exploitation des archives notariales jette cependant un regard inédit sur l’aménagement de cet espace, bien avant la date traditionnellement envisagée, en l’occurrence dès le deuxième quart du 17e siècle. L’enregistrement méticuleux des actes du quotidien par les tabellions nancéiens crée ainsi un nouveau récit urbain, qui semble en opposition avec celui proposé par l’iconographie. C’est cette apparente contradiction entre les sources que nous souhaitons aborder, en tentant de discerner ce que cette réécriture historique peut modifier dans notre perception du projet de Léopold et de Stanislas.



Vincent BRADEL
ENSA Nancy, LHAC
L’ensemble Stanislas, du bricolage à l’icône : un jeu de représentations

Récemment désignée comme la place préférée des Français, la place Stanislas, et son ensemble, a toujours eu une place de choix dans le catalogue de références des apprentis urbanistes, du monde des Lumières à celui de la post modernité, suscitant un jeu de représentations en tout genre du schéma analytique à la carte postale. Envisagée de longue date, mais jamais véritablement travaillée, cette intervention proposera d’aborder sous la forme d’une collection en devenir quelques-uns de ces regards sur ce génial bricolage urbain de circonstance promu au rang d’icône incontournable. Certains à jamais anonymes y côtoieront d’autres pour l’instant célèbres comme ceux de Raymond Unwin, Le Corbusier, André Lurçat ou Robert Auzelle entre relectures et détournements.

Modération

Laurence BASSIERES
ENSA Paris-La Villette, AHTTEP

Audrey BRANTONNE
OCS/AUSser, ENSA Paris-Est
Les petites villes et le vide. Pour une cartographie de la décroissance


Les paysages des petites villes en décroissance, jalonnés de vitrines vides et de volets fermés, sont aussi faits de maisons arrasées, d’îlots curetés et de pignons fraîchement enduits soutenus de contreforts. Alors que les démarches de revitalisation se massifient, les opérations visant à effacer les marqueurs de déclin se multiplient dans les centres anciens. Dans ces situations, la portée démonstrative de la démolition est manifeste, en ce qu’elle permet de donner corps à l’action publique. Mais elle génère aussi de nouvelles spatialités, encore trop peu observées.
Comment les processus de décroissance agissent-ils sur les formes urbaines et le patrimoine bâti ?
Pour saisir les remodelages qui s’opèrent, il est nécessaire d’en dresser une cartographie dynamique, sincère mais nécessairement fragmentaire.