Archives de catégorie : Nantes

Patrimoine urbain

séminaire du master HACM et du groupe « Urbanisme et patrimoine – Débats, transferts et expériences en France et en Europe »

Vendredi 18 janvier 2024 | Château Tertre, salle 104
Nantes université

10h00 Gilles Bienvenu
Laboratoire AAU, ENSA Nantes
Grandes percées au XIXe siècle et approche patrimoniale : l’exemple de Nantes
11h00 Angelo Bertoni
ENSA Strasbourg
Défendre et valoriser l’identité locale comme rempart à la transformation radicale des villes : acteurs et expériences en Italie, France et Belgique autour de 1900
13h30 Laurence Bassieres
ENSA Paris La Villette
Naissance et reconnaissance d’un patrimoine urbain à Paris au XXe siècle
14h30 Marie Ferey
Inventaire Génrale du Patrimoine des Pays de la Loire
Inventaire Général et faubourgs urbains : changer de regard sur un patrimoine en péril.

CIRCULATION DES MODÈLES D’URBANISME EN FRANCE ET EN EUROPE

1re séance du séminaire

Nantes, 18 et 19 novembre 2021

Thomas Renard
Présentation du séminaire

Laurent Coudroy de Lille (École d’urbanisme de Paris)
Le statut urbanistique de la ville ancienne en Espagne, de Cerdá (1859/1861) à Jaussely (1904/1907)
La politique d’extension urbaine, connue surtout à travers les travaux de Cerdá sur Barcelone, a laissé dans l’ombre les enjeux propres à la ville préexistante. Or, de même qu’il n’envisage pas l’extension sans son contraire la « réforme », Cerdá pousse la dialectique jusqu’à proposer un projet dédié spécifiquement à la « réforme de Madrid ». Toutes les villes ne développèrent pas non plus d’extension, ce qui se traduit par l’évolution réglementaire, ce que souligne bien l’historiographie
espagnole sur la seconde moitié du siècle.
On verra comment se conceptualisent ces différents objets -notamment la notion de ville ancienneet dans quelle mesure le plan de Jaussely pour Barcelone (dont la réception et l’impact ont été un peu surestimés) tente de dépasser ces formulations.


Hélène Antoni (ENSA Strasbourg)
La Grande Percée de Strasbourg, entre projet d’assainissement et vision esthétique
La Grande Percée de Strasbourg s’inscrit dans une démarche de modernisation et d’assainissement du centre historique de Strasbourg. Initiés avant la Première Guerre mondiale, alors que la ville était allemande, les travaux sont poursuivis jusqu’à la fin des années 1960. Cette opération cristallise une prise de conscience du patrimoine historique et de sa préservation et s’inscrit dans un débat théorique qui s’appuie sur une expérience sensible de la ville portée par Camillo Sitte et Karl Henrici.
On verra comment ce projet prend en compte ces préoccupations patrimoniales, tout en apportant une grande attention à la forme et la couture urbaine. Il s’agit également de présenter la Grande Percée dans un contexte plus large d’interventions sur le tissu ancien au début du siècle en Allemagne.

Sophie Eberhardt (ESPI Nantes)
Paysage et image urbaine, Strasbourg aux prémices du XXe siècle

En 1871, Strasbourg devient capitale du Reichsland d’Alsace-Moselle annexée par l’Empire allemand. Elle est dotée d’une extension urbaine, la Neustadt, qui triple la surface de la ville et la hisse au rang de ville moderne. Cette modernisation s’opère dans le cadre d’une règlementation de construction urbaine particulière (Bauordnung, 1910) favorisant la préservation de l’ « image de la ville » (Ortsbild), sous-entendu l’image « locale », régissant tant la conception et la mise en oeuvre de la Neustadt que la recomposition du centre ancien avec la Grande Percée.
Cette intervention propose d’examiner les critères et les modalités selon lesquels le paysage strasbourgeois s’est construit en lien et en contraste avec la ville ancienne au début du XXe siècle et d’examiner les formes urbaines et architecturales qui ont marqué la capitale régionale.

Gilles Bienvenu (AAU CRENAU Nantes)
Des squares qui disent la ville, l’exemple d’Étienne Coutan à Nantes

L’architecte Étienne Coutan (1875-1963), Second Prix de Rome en 1902 derrière Henri Prost, est directeur des bâtiments communaux, des plantations et jardins de la Ville de Nantes de 1911 à 1931, puis directeur du service d’esthétique urbaine et de remémoration de la ville jusqu’en 1940. Au cours de sa carrière communale, il tire d’une culture de l’art urbain et de l’urbanisme acquise dans les réseaux parisiens et au cours de ses voyages en Europe (1905-1906, 1912, puis 1931), ses arguments et les solutions qu’il met en oeuvre dans la réparation d’un tissu urbain altéré par son obsolescence ou mis à mal par des opérations exclusivement techniques.

Suivi d’une Visite d’interventions d’Étienne Coutan à Nantes