Archives de catégorie : Séances du séminaire

Ville, patrimoine et environnement : approches historiques

5e séance du séminaire

ENSA Paris La Villette, 30 juin 2023
10h-16h

Salle de séminaire (rez-de-chaussée)
21-23 rue des Ardennes
75019 Paris

Inscription préalable : laurence.bassieres@paris-lavillette.archi.fr

Caillebotte, Hommes au balcon, boulevard Haussmann, 1880, Collection privée

Programme :
Seminaire-ville-environnement

Début du séminaire à 10h.

Thomas Renard
Nantes Université, CReAAH
Introduction

Emilie-Anne PEPY
Université Savoie Mont-Blanc, LLSETI
Le végétal dans la ville : un patrimoine naturel ? Le cas des villes françaises, XVIIIe – XIXe siècle

La sanctuarisation des espaces végétalisés en ville que nous connaissons actuellement est loin d’aller de soi pour des périodes plus anciennes : les jardins sont encore mobiles, et même les plus renommés n’échappent pas à des modifications en profondeur, à l’occasion d’opérations foncières, ou pour s’adapter aux changements de modes dans l’art des jardins. Dans les dernières décennies du XVIIIe siècle s’amorce cependant une réflexion sur la valeur patrimoniale des collections végétales les plus remarquables, la politique de confiscation menée à bien en faveur des grandes institutions savantes après 1793 marquant une étape supplémentaire dans la définition du patrimoine végétal. La communication s’intéressera particulièrement à la notion de conservation appliquée au végétal, et à ses implications pratiques au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.

Chiara SANTINI
École Nationale Supérieure de Paysage Versailles, LAREP
Des arbres en héritage. Jardins et promenades plantées dans la construction de l’identité paysagère de Paris (Second Empire – Troisième République)

Camille ANDRE
Atelier Grégoire André
Le Plan de Sauvegarde et de Mise en valeur, un outil réglementaire performant. L’exemple du site patrimonial de Strasbourg

A partir de l’exemple strasbourgeois, l’intervention en trois temps abordera :
– l’outil réglementaire du Plan de Sauvegarde et de Mise en valeur du Site patrimonial remarquable
– la définition du contexte environnemental strasbourgeois, de son socle patrimonial et de sa diversité
– les objectifs et leurs transcriptions réglementaires.

Pauline Rossi
DHAAP / chercheure indépendante
Le patrimoine parisien face aux enjeux des règlementations urbaines et des enjeux bioclimatiques

Le département d’histoire de l’architecture et d’archéologie de la Ville de Paris, secrétariat permanent de la Commission du Vieux Paris, est un observatoire de premier ordre des tensions qui se multiplient dans les recherches actuellement menées pour concilier – ou du moins conjuguer – patrimoine et enjeux climatiques. Le vote le 5 juin dernier, par le Conseil de Paris, du Plan local d’urbanisme bioclimatique (PLUb) ouvre une nouvelle page de cette dichotomie encore récente. Cette communication cherchera à donner un retour d’expérience sur ces sujets, en le remettant en perspective avec l’évolution des réglementations urbaines de Paris et l’évolution des politiques patrimoniales. Des études de cas viendront illustrer les démarches prometteuses mais aussi les risques qu’encourent actuellement l’ensemble des typologies patrimoniales de la capitale.

Les expérimentations d’un « urbanisme patrimonial » en contexte colonial

2e séance du séminaire

ENSA Paris La Villette, 11 Mars 2022

Laurence Bassières (ENSA Paris La Villette)
Présentation du séminaire

Angelo Bertoni (ENSA Strasbourg), Gilles Bienvenu (AAU CRENAU Nantes) et Thomas Renard (Université de Nantes)
Chantiers de recherche entre local et international

Marie-Paule Halgand (ENSA Nantes)
Patrimoine et ville coloniale, identification et valorisations : les architectes du service des Travaux publics et ceux de l’EFEO en Indochine

L’exposé s’intéressera aux différentes étapes de la connaissance et d’analyse du patrimoine progressivement découvert dans les colonies françaises d’Asie du Sud-Est, du dernier quart du 19ème au temps des indépendances, ainsi qu’aux transferts des connaissances et aux évolutions des regards et des analyses. Cette étude s’appuie sur les productions de deux ‘groupes’ d’architectes : celui des architectes des Bâtiments civils d’une part dont l’activité dans la seconde moitié du 19ème siècle produit la part coloniale de l’héritage et celui des architectes de l’Ecole Française d’Extrême-Orient qui s’emploient à améliorer les méthodes d’observation, de restauration et de conservation à partir de 1900.

Laurent Hodebert (ENSA Marseille)
Henri Prost au Maroc (1914-1922). Les leçons d’une expérience respectueuse des sites et des préexistences

Si Prost ne qualifie pas son travail comme directement lié à des questions de patrimoine, il traduit néanmoins sur le terrain la volonté de Lyautey de conserver les médinas existantes des villes marocaines dont il va projeter les agrandissements. Il va se saisir de ce programme et le nourrir par une vision respectueuse des situations préexistantes portée par l’enseignement qu’il a reçu à l’école des beaux-arts, complété par son séjour à la villa Médicis à Rome et ses visites dans les villes antiques de la Méditerranée. Nous verrons comment se développe une pensée multiscalaire de l’urbanisme, qui s’attache autant à l’objet architectural qu’à son contexte urbain et paysager. Nous examinerons alors comment cette expérience marocaine pionnière de l’urbanisme (1914-1922) dialogue avec ses projets ultérieurs, notamment la côte varoise (1923), la région parisienne (1928-1934) et Istanbul (1936-1951).

Charlotte Mus (AHTTEP / UMR AUSser)
Construire des villes nouvelles pour préserver les villes anciennes ? Urbanisme et patrimoine sous le Protectorat français au Maroc à travers le cas de Fès (1912-1956).

Dès le début du Protectorat français au Maroc, le résident général Louis Hubert Lyautey décide de construire des villes nouvelles à côté des médinas, afin de préserver ces tissus urbains anciens. Au courant des débats métropolitains qui entourent la naissance de la discipline de l’urbanisme, Lyautey fait appel à Jean-Claude-Nicolas Forestier puis à Henri Prost. Membres fondateurs de la Société française des urbanistes, ils trouvent au Maroc la possibilité d’expérimenter leurs idées. À travers l’étude du cas de Fès, nous interrogerons le rapport entre urbanisme et patrimoine, dans la doctrine officielle, et dans son application. Nous montrerons que si la doctrine est clairement affirmée par Lyautey et son équipe, via une intense propagande coloniale, dans les faits, la prise en compte du patrimoine dans le développement urbain est fluctuante, évoluant selon l’évolution du contexte économique et politique. Enfin, nous questionnerons les circulations de ce qui est alors défini comme un modèle d’urbanisme. Si les débats métropolitains abondent l’expérience marocaine et qu’elle-même irrigue les pratiques en métropole par « effets de retour » (pour reprendre une expression que Xavier Huetz de Lemps emprunte à Michel Foucault), les circulations sont aussi parfois intra-impériales, Sud-Sud, s’opérant sans passage institutionnel par la métropole.

CIRCULATION DES MODÈLES D’URBANISME EN FRANCE ET EN EUROPE

1re séance du séminaire

Nantes, 18 et 19 novembre 2021

Thomas Renard
Présentation du séminaire

Laurent Coudroy de Lille (École d’urbanisme de Paris)
Le statut urbanistique de la ville ancienne en Espagne, de Cerdá (1859/1861) à Jaussely (1904/1907)
La politique d’extension urbaine, connue surtout à travers les travaux de Cerdá sur Barcelone, a laissé dans l’ombre les enjeux propres à la ville préexistante. Or, de même qu’il n’envisage pas l’extension sans son contraire la « réforme », Cerdá pousse la dialectique jusqu’à proposer un projet dédié spécifiquement à la « réforme de Madrid ». Toutes les villes ne développèrent pas non plus d’extension, ce qui se traduit par l’évolution réglementaire, ce que souligne bien l’historiographie
espagnole sur la seconde moitié du siècle.
On verra comment se conceptualisent ces différents objets -notamment la notion de ville ancienneet dans quelle mesure le plan de Jaussely pour Barcelone (dont la réception et l’impact ont été un peu surestimés) tente de dépasser ces formulations.


Hélène Antoni (ENSA Strasbourg)
La Grande Percée de Strasbourg, entre projet d’assainissement et vision esthétique
La Grande Percée de Strasbourg s’inscrit dans une démarche de modernisation et d’assainissement du centre historique de Strasbourg. Initiés avant la Première Guerre mondiale, alors que la ville était allemande, les travaux sont poursuivis jusqu’à la fin des années 1960. Cette opération cristallise une prise de conscience du patrimoine historique et de sa préservation et s’inscrit dans un débat théorique qui s’appuie sur une expérience sensible de la ville portée par Camillo Sitte et Karl Henrici.
On verra comment ce projet prend en compte ces préoccupations patrimoniales, tout en apportant une grande attention à la forme et la couture urbaine. Il s’agit également de présenter la Grande Percée dans un contexte plus large d’interventions sur le tissu ancien au début du siècle en Allemagne.

Sophie Eberhardt (ESPI Nantes)
Paysage et image urbaine, Strasbourg aux prémices du XXe siècle

En 1871, Strasbourg devient capitale du Reichsland d’Alsace-Moselle annexée par l’Empire allemand. Elle est dotée d’une extension urbaine, la Neustadt, qui triple la surface de la ville et la hisse au rang de ville moderne. Cette modernisation s’opère dans le cadre d’une règlementation de construction urbaine particulière (Bauordnung, 1910) favorisant la préservation de l’ « image de la ville » (Ortsbild), sous-entendu l’image « locale », régissant tant la conception et la mise en oeuvre de la Neustadt que la recomposition du centre ancien avec la Grande Percée.
Cette intervention propose d’examiner les critères et les modalités selon lesquels le paysage strasbourgeois s’est construit en lien et en contraste avec la ville ancienne au début du XXe siècle et d’examiner les formes urbaines et architecturales qui ont marqué la capitale régionale.

Gilles Bienvenu (AAU CRENAU Nantes)
Des squares qui disent la ville, l’exemple d’Étienne Coutan à Nantes

L’architecte Étienne Coutan (1875-1963), Second Prix de Rome en 1902 derrière Henri Prost, est directeur des bâtiments communaux, des plantations et jardins de la Ville de Nantes de 1911 à 1931, puis directeur du service d’esthétique urbaine et de remémoration de la ville jusqu’en 1940. Au cours de sa carrière communale, il tire d’une culture de l’art urbain et de l’urbanisme acquise dans les réseaux parisiens et au cours de ses voyages en Europe (1905-1906, 1912, puis 1931), ses arguments et les solutions qu’il met en oeuvre dans la réparation d’un tissu urbain altéré par son obsolescence ou mis à mal par des opérations exclusivement techniques.

Suivi d’une Visite d’interventions d’Étienne Coutan à Nantes